Paris 1er

INDIVISION – L’indivisaire occupant un appartement n’est pas tenu du versement d’une indemnité au motif que la valeur locative serait supérieure au montant du loyer !


Cass. civ. 1, 18 mars 2020, n° 19-11.206, F-P+B

 

 

La première chambre civile de la Cour de cassation rappelle au visa de l'article 815-9 alinéa 1er du code civil, que chaque indivisaire peut user et jouir des biens indivis conformément à leur destination, dans la mesure compatible avec le droit des autres indivisaires conformément.

Selon l’alinéa 2 de cet article, l'indivisaire qui use ou jouit privativement de la chose indivise est, sauf convention contraire, redevable d'une indemnité.

Aux termes d’un arrêt rendu le 23 novembre 2018, la Cour d’Appel de Versailles avait retenu que la valeur locative de l'immeuble était nettement supérieure au montant du loyer que Madame [Q] acquittait en exécution du bail verbal dont elle était titulaire et que cette dernière était redevable d’une indemnité d’occupation envers l’indivision.

Selon la Haute juridiction, en statuant ainsi, alors qu'elle avait constaté que Madame [Q] occupait l'immeuble indivis en qualité de locataire, de sorte qu'elle ne portait pas atteinte aux droits égaux et concurrents des coïndivisaires, la cour d'appel a violé le texte susvisé.

 

 

 

Sur la recevabilité de l'action en revendication de la propriété indivise, voir également :

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/procedure-et-indivision-l-action-en-revendication-de-la-propriete-indivise-peut-etre-exercee-par-un-seul-indivisaire

Sur l'action en annulation d'une AG exercée par l'un des coïndivisaires avant le partage successoral :

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/copropriete-et-indivision-des-effets-retroactifs-du-partage-successoral-sur-l-action-en-annulation-d-une-ag-exercee-par-un-coindivisaire-sans-autorisation-de-l-indivision
 

 


Articles similaires

Derniers articles

PROCEDURE – Sur la péremption d’instance

CONSTRUCTION – Sur l’étendue de la réparation des dommages causés par les constructeurs et sur l’appréciation des clauses limitatives de responsabilité

TROUBLES ANORMAUX DU VOISINAGE – Sur les conséquences liées à l’antériorité des causes du trouble anormal de voisinage

CONSTRUCTION – Du point de départ du délai de recours entre constructeurs

CONSTRUCTION – Nouvel exemple d’appréciation de la réception tacite

ASSURANCE CONSTRUCTION – Sur l’appréciation de l’activité déclarée par l’assuré

CONSTRUCTION – Sur la responsabilité du vendeur d’EPERS

CONSTRUCTION – Sur la présomption de responsabilité de l’article 1792 du code civil

CONSTRUCTION – De l’appréciation du caractère apparent du désordre

ASSURANCES – Sur l’étendue du recours de l’assureur en cas de sinistre incendie et sur l’interprétation de l’article L 121-12 du code des assurances

CONSTRUCTION – Appréciation de la cause étrangère en matière de responsabilité civile décennale

DROIT DES ASSURANCES – Sur la sanction du non-respect des dispositions de l’article R 112-1 du code des assurances