Cabinet MURY Avocats
Paris 8ème

CONSTRUCTION – Quelle date prendre en compte pour la révision du prix du CCMI ?

22 Août 2022 Avocat

 

Cass.civ. 3, 15 juin 2022, 21-12.733

 

 

Conformément aux articles L. 231-11 et L. 231-12 du code de la construction et de l'habitation, le contrat de construction de maison individuelle peut prévoir la révision du prix du CCMI selon la variation de l'indice national du bâtiment tous corps d'état sur une période qui sépare la date de signature du contrat et l'expiration du délai d'un (1) mois suivant l'obtention du permis de construire ou la réalisation de la condition suspensive d'obtention du prêt, le prix ainsi révisé ne pouvant subir aucune variation après cette date.

Dans un arrêt du 15 juin 2022, la troisième chambre civile de la Cour de cassation a jugé que la période devant être prise en compte pour le calcul de la révision est celle s'écoulant entre la signature du contrat et le mois suivant la plus tardive de ces deux (2) dates.

En l’espèce, les maîtres d’ouvrage faisaient valoir qu'il avait été convenu d'une possibilité de révision jusqu'à la date d'obtention du permis de construire du 3 mai 2007.

Dans ce prolongement, les auteurs du pourvoi soutenaient qu'en les condamnant au paiement d'une facture révisée, sans procéder à la recherche qui lui était demandée de savoir si le CCMI pouvait déroger aux dispositions précitées, la cour d'appel avait privé sa décision de base légale au regard des articles L. 231-11 et L. 231-12 du code de la construction et de l'habitation.

Selon la Cour de cassation, la cour d'appel, qui n'était pas tenue de procéder à une recherche inopérante et qui avait pu procéder à la révision du prix dans la facture du 13 octobre 2009, n’a pas violé les dispositions précitées.

 

 

Sur les pénalités de retard en matière de CCMI, voir également :

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/construction-sur-les-penalites-de-retard-prevues-contractuellement-en-matiere-de-ccmi

Sur le devoir de conseil en matière de CCMI :

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/construction-sur-le-devoir-de-conseil-du-maitre-d-oeuvre-dans-le-cadre-du-ccmi
 

 


Articles similaires

Derniers articles

CONSTRUCTION – Le non-respect de la procédure de conciliation préalable prévue au marché est sanctionné par une fin de non-recevoir

PRESCRIPTION ET IMMOBILIER – Non, une mise en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception n'interrompt pas le délai de la prescription

CONSTRUCTION – L’assignation au fond constitue le point de départ de l’action entre entreprises (revirement de la jurisprudence judiciaire)

COPROPRIETE – Le syndicat des copropriétaires peut exercer une action en réparation du préjudice lié à un vice caché sur les parties communes (Rappel)

CONSTRUCTION – Le maître d’ouvrage peut-il invoquer la garantie de conformité prévue par le droit de la consommation ?

TROUBLES ANORMAUX DU VOISINAGE – La victime d’un trouble anormal de voisinage n’est pas tenue de démontrer de faute (rappel)

DROIT DE PROPRIETE ET EMPIETEMENT – Quelle sanction pour l’ouvrage empiétant sur la parcelle voisine sur une largeur de 18 cm ?

IMMOBIILIER – Sur l’état des lieux de sortie du bail d’habitation : un constat d’huissier est-il nécessaire ?

CONSTRUCTION – Non, les effets interruptif et suspensif de l’assignation en référé ayant pour objet d’étendre les opérations d’expertise, ne bénéficient pas au demandeur initial

VENTE IMMOBILIERE – Manquement au devoir de conseil et d’information du vendeur et de l’agent immobilier

PROCEDURE ET INDIVISION – L’action en revendication de la propriété indivise peut être exercée par un seul indivisaire

CONSTRUCTION – Débats sur le point de départ du délai d'action entre locateurs d’ouvrage (suite)