Cabinet MURY Avocats
Paris 8ème

CONSTRUCTION – Quelle date prendre en compte pour la révision du prix du CCMI ?

22 Août 2022 Avocat

 

Cass.civ. 3, 15 juin 2022, 21-12.733

 

 

Conformément aux articles L. 231-11 et L. 231-12 du code de la construction et de l'habitation, le contrat de construction de maison individuelle peut prévoir la révision du prix du CCMI selon la variation de l'indice national du bâtiment tous corps d'état sur une période qui sépare la date de signature du contrat et l'expiration du délai d'un (1) mois suivant l'obtention du permis de construire ou la réalisation de la condition suspensive d'obtention du prêt, le prix ainsi révisé ne pouvant subir aucune variation après cette date.

Dans un arrêt du 15 juin 2022, la troisième chambre civile de la Cour de cassation a jugé que la période devant être prise en compte pour le calcul de la révision est celle s'écoulant entre la signature du contrat et le mois suivant la plus tardive de ces deux (2) dates.

En l’espèce, les maîtres d’ouvrage faisaient valoir qu'il avait été convenu d'une possibilité de révision jusqu'à la date d'obtention du permis de construire du 3 mai 2007.

Dans ce prolongement, les auteurs du pourvoi soutenaient qu'en les condamnant au paiement d'une facture révisée, sans procéder à la recherche qui lui était demandée de savoir si le CCMI pouvait déroger aux dispositions précitées, la cour d'appel avait privé sa décision de base légale au regard des articles L. 231-11 et L. 231-12 du code de la construction et de l'habitation.

Selon la Cour de cassation, la cour d'appel, qui n'était pas tenue de procéder à une recherche inopérante et qui avait pu procéder à la révision du prix dans la facture du 13 octobre 2009, n’a pas violé les dispositions précitées.

 

 

Sur les pénalités de retard en matière de CCMI, voir également :

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/construction-sur-les-penalites-de-retard-prevues-contractuellement-en-matiere-de-ccmi

Sur le devoir de conseil en matière de CCMI :

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/construction-sur-le-devoir-de-conseil-du-maitre-d-oeuvre-dans-le-cadre-du-ccmi
 

 


Articles similaires

Derniers articles

IMMOBIILIER – Sur l’état des lieux de sortie du bail d’habitation : un constat d’huissier est-il nécessaire ?

CONSTRUCTION – Non, les effets interruptif et suspensif de l’assignation en référé ayant pour objet d’étendre les opérations d’expertise, ne bénéficient pas au demandeur initial

VENTE IMMOBILIERE – Manquement au devoir de conseil et d’information du vendeur et de l’agent immobilier

PROCEDURE ET INDIVISION – L’action en revendication de la propriété indivise peut être exercée par un seul indivisaire

CONSTRUCTION – Débats sur le point de départ du délai d'action entre locateurs d’ouvrage (suite)

INDIVISION – L’indivisaire occupant un appartement n’est pas tenu du versement d’une indemnité au motif que la valeur locative serait supérieure au montant du loyer !

CONSTRUCTION – Quelle date prendre en compte pour la révision du prix du CCMI ?

COPROPRIETE – Les plans annexés aux actes de copropriété délimitant les biens fonciers, qui n’ont pas été établis par un géomètre-expert, sont-ils réguliers ?

COPROPRIETE ET INDIVISION – Des effets rétroactifs du partage successoral sur l’action en annulation d’une AG exercée par un coïndivisaire sans autorisation de l’indivision

PROPRIETE ET ENCLAVE – Sur la charge de la preuve de l’interdiction administrative à l’origine de l’état d’enclave

CONSTRUCTION – Preuve du lien de causalité en matière de troubles anormaux du voisinage

CONSTRUCTION – Panneaux photovoltaïques incorporés à la toiture et garantie décennale

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.