Cabinet MURY Avocats
Paris 8ème

CONSTRUCTION – Expertise in futurum et intérêt légitime (art. 145 du CPC)

13 Fév 2022 Avocat

Cass.civ.3, 2 février 2022, n°21-11.051

 

 

Le demandeur à des opérations d’expertise n’est pas tenu de prouver un préjudice. Ce dernier doit néanmoins démontrer l’existence d’un intérêt légitime comme le prévoient les dispositions de l’article 145 du code de procédure civile.

La décision rendue le 2 février 2022 par la 3ème chambre civile permet d’apprécier les contours de cette règle puisque dans cette affaire, l'auteur du pourvoi faisait valoir que de toutes les manières, le recours exercé à son encontre était voué à l'échec.

Rappelons seulement pour mémoire que dans le faits, les acquéreurs d’une maison d’habitation avaient assigné les vendeurs et les intervenants à l’acte de construire devant le Juge des référés, en demandant une mesure d’instruction sur le fondement de l'article précité.

L’un des défendeurs fit grief à l’arrêt attaqué de lui avoir rendu les opérations d’expertise communes et opposables alors que selon lui, le recours des acquéreurs était voué à l’échec. Il faisait valoir à cette fin qu’il ne pouvait être assimilé au constructeur de l’ouvrage et que, par conséquent, tout recours de nature décennale exercé à son encontre ne pouvait prospérer.

La Haute autorité rejette le pourvoi.

Selon elle, la cour d’appel qui avait constaté que les travaux de pose d'un plancher en bois et d'aménagement du rez-de-chaussée, que le plaignant avait réalisés en qualité « d'auto-constructeur », étaient à l'origine des désordres dénoncés par les acquéreurs, a souverainement retenu que ceux-ci justifiaient d'un motif légitime, au sens de l'article 145 du code de procédure civile, tendant à ce que l'expertise ordonnée lui fût rendue commune et opposable.

 

 

 

Voir également en matière de vente immobilière :

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/vente-immobiliere-multiplication-des-reglementations-et-actions-en-responsabilite-a-l-encontre-des-diagnostiqueurs-immobiliers

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/vente-immobiliere-point-de-depart-de-la-prescription-et-distinction-entre-effets-immediat-et-retroactif-de-la-loi-nouvelle

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/vente-immobiliere-vice-cache-pour-dissimulation-d-un-defaut-de-permis-de-construire
 

 


Articles similaires

Derniers articles

CONSTRUCTION – Le non-respect de la procédure de conciliation préalable prévue au marché est sanctionné par une fin de non-recevoir

PRESCRIPTION ET IMMOBILIER – Non, une mise en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception n'interrompt pas le délai de la prescription

CONSTRUCTION – L’assignation au fond constitue le point de départ de l’action entre entreprises (revirement de la jurisprudence judiciaire)

COPROPRIETE – Le syndicat des copropriétaires peut exercer une action en réparation du préjudice lié à un vice caché sur les parties communes (Rappel)

CONSTRUCTION – Le maître d’ouvrage peut-il invoquer la garantie de conformité prévue par le droit de la consommation ?

TROUBLES ANORMAUX DU VOISINAGE – La victime d’un trouble anormal de voisinage n’est pas tenue de démontrer de faute (rappel)

DROIT DE PROPRIETE ET EMPIETEMENT – Quelle sanction pour l’ouvrage empiétant sur la parcelle voisine sur une largeur de 18 cm ?

IMMOBIILIER – Sur l’état des lieux de sortie du bail d’habitation : un constat d’huissier est-il nécessaire ?

CONSTRUCTION – Non, les effets interruptif et suspensif de l’assignation en référé ayant pour objet d’étendre les opérations d’expertise, ne bénéficient pas au demandeur initial

VENTE IMMOBILIERE – Manquement au devoir de conseil et d’information du vendeur et de l’agent immobilier

PROCEDURE ET INDIVISION – L’action en revendication de la propriété indivise peut être exercée par un seul indivisaire

CONSTRUCTION – Débats sur le point de départ du délai d'action entre locateurs d’ouvrage (suite)