Paris 1er

CONTENTIEUX DE LA COPROPRIETE – Du point de départ du délai de contestation des décisions d’assemblée générale


Cass.civ.3, 29 juin 2023, n°21-21708

 

 

Dans cette affaire, un copropriétaire avait assigné le syndicat des copropriétaires de son immeuble en demandant sur le fondement de l’article 42 alinéa 2 de la loi de 1965 l’annulation de résolutions prises en assemblée générale. 

 

Les juges du fond avaient retenu que cette demande était irrecevable au motif que le délai de contestation de l’assemblée générale court automatiquement le lendemain du jour de la première présentation de la lettre recommandée avec accusé de réception, au domicile du destinataire, que le pli ait ou non été réceptionné (étant précisé que la lettre avait été retournée à l'expéditeur nous dit l'arrêt, avec la mention « pli avisé et non réclamé »).

 

Saisi du litige, la Cour de cassation confirme au visa de l’article 64 du décret n°67-223 du 17 mars 1967, que la notification d’un procès-verbal d’assemblée générale par lettre recommandée avec accusé de réception fait, quand bien même elle ne parviendrait-elle pas effectivement à son destinataire, courir le délai pour agir, dès lors que l’article 670-1 du code de procédure civile, qui invite les parties à procéder par voie de signification, concerne la seule notification des décisions de justice.    

 

De manière intéressante, concernant le contrôle de conventionnalité qui était soulevé par le copropriétaire débouté devant la Cour d'Appel, la Haute juridiction ne manque pas de répondre que l’article 64 du décret de 1967 a « pour objectif légitime de sécuriser le fonctionnement des copropriétés en évitant qu'un copropriétaire puisse, en s'abstenant de retirer un courrier recommandé, empêcher le délai de recours de courir et ainsi fragiliser l'exécution des décisions d'assemblée générale ».

 

 

 

Voir également :

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/copropriete-appel-de-charges-et-delai-de-contestation-d-une-decision-d-assemblee-generale

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/copropriete-l-omission-de-mentions-obligatoires-sur-la-feuille-de-presence-n-entraine-pas-systematiquement-l-annulation-de-l-assemblee-generale

https://www.mury-avocats.fr/blog/articles/construction-copropriete-et-assurances-sur-le-point-de-depart-de-la-prescription-biennale-art-l-114-1-du-code-des-assurances

 


Articles similaires

Derniers articles

PROCEDURE – Sur la péremption d’instance

CONSTRUCTION – Sur l’étendue de la réparation des dommages causés par les constructeurs et sur l’appréciation des clauses limitatives de responsabilité

TROUBLES ANORMAUX DU VOISINAGE – Sur les conséquences liées à l’antériorité des causes du trouble anormal de voisinage

CONSTRUCTION – Du point de départ du délai de recours entre constructeurs

CONSTRUCTION – Nouvel exemple d’appréciation de la réception tacite

ASSURANCE CONSTRUCTION – Sur l’appréciation de l’activité déclarée par l’assuré

CONSTRUCTION – Sur la responsabilité du vendeur d’EPERS

CONSTRUCTION – Sur la présomption de responsabilité de l’article 1792 du code civil

CONSTRUCTION – De l’appréciation du caractère apparent du désordre

ASSURANCES – Sur l’étendue du recours de l’assureur en cas de sinistre incendie et sur l’interprétation de l’article L 121-12 du code des assurances

CONSTRUCTION – Appréciation de la cause étrangère en matière de responsabilité civile décennale

DROIT DES ASSURANCES – Sur la sanction du non-respect des dispositions de l’article R 112-1 du code des assurances