Cabinet MURY Avocats
Paris 8ème

ASSURANCES – Sur la recevabilité de l'action directe du tiers lésé

08 Jan 2022 Avocat

 

Cass.civ.2, 16 décembre 2021, n° 20-16.340, F-B

 

 

Cette décision traite de l’action du tiers lésé qui en vertu des dispositions de l’article L 124-3 du code des assurances peut exercer une action directe à l’encontre de l'assureur garantissant la responsabilité civile de la personne responsable d'un sinistre.

 

Dans cette affaire qui concernait un accident de la circulation, le Tribunal d’instance avait retenu que le tiers victime aurait dû préalablement saisir son propre assureur en application des dispositions de l'article L. 113-2, 5°, du code des assurances.

Dans son pourvoi, le tiers soutenait qu'en statuant ainsi « le tribunal [avait] violé les articles L. 124-3 du code des assurances, par refus d'application, et L. 113-2 du même code, par fausse application ».

 

Au visa de l’article L.124-3 du code des assurances, la Haute autorité casse la décision rendue en rappelant la portée des dispositions précitées selon lesquelles « le tiers lésé dispose d'un droit d'action directe à l'encontre de l'assureur garantissant la responsabilité civile de la personne responsable, que la recevabilité de l'action directe contre cet assureur n'est pas subordonnée à la déclaration préalable du sinistre par la victime auprès de son propre assureur ».

Selon la Cour de cassation, en exigeant ainsi du tiers lésé une déclaration préalable du sinistre auprès de son propre assureur, le tribunal d'instance, qui a ajouté à la loi une condition qu'elle ne prévoit pas, a violé le texte susvisé.

 

 


Articles similaires

Derniers articles

COPROPRIETE – Le syndicat des copropriétaires peut exercer une action en réparation du préjudice lié à un vice caché sur les parties communes (Rappel)

CONSTRUCTION – Le maître d’ouvrage peut-il invoquer la garantie de conformité prévue par le droit de la consommation ?

TROUBLES ANORMAUX DU VOISINAGE – La victime d’un trouble anormal de voisinage n’est pas tenue de démontrer de faute (rappel)

DROIT DE PROPRIETE – Quelle sanction pour l’ouvrage empiétant sur la parcelle voisine sur une largeur de 18 cm ?

IMMOBIILIER – Sur l’état des lieux de sortie du bail d’habitation : un constat d’huissier est-il nécessaire ?

CONSTRUCTION – Non, les effets interruptif et suspensif de l’assignation en référé ayant pour objet d’étendre les opérations d’expertise, ne bénéficient pas au demandeur initial

VENTE IMMOBILIERE – Manquement au devoir de conseil et d’information du vendeur et de l’agent immobilier

PROCEDURE ET INDIVISION – L’action en revendication de la propriété indivise peut être exercée par un seul indivisaire

CONSTRUCTION – Débats sur le point de départ du délai d'action entre locateurs d’ouvrage (suite)

INDIVISION – L’indivisaire occupant un appartement n’est pas tenu du versement d’une indemnité au motif que la valeur locative serait supérieure au montant du loyer !

CONSTRUCTION – Quelle date prendre en compte pour la révision du prix du CCMI ?

COPROPRIETE – Les plans annexés aux actes de copropriété délimitant les biens fonciers, qui n’ont pas été établis par un géomètre-expert, sont-ils réguliers ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.