Paris 1er

ASSURANCE CONSTRUCTION – Sur l’appréciation de l’activité déclarée par l’assuré


Cass.civ.3, 18 janvier 2024, 22-22781

 

Cette décision nous permet de revenir sur la question de l’appréciation de l’activité déclarée par l’assurée. Dans cette affaire, le constructeur avait déclaré auprès de son assureur une activité de terrassement. Or, le sinistre qui était survenu quelques années plus tard, était lié à des travaux d’enrochement ayant pour fonction de soutenir et de stabiliser les terres surplombant une voie d’accès et une parcelle voisine, et soutenant une plateforme aménagée devant la maison. On pouvait donc penser que ces travaux étaient distincts de ceux de terrassement.

 

Aux termes de sa décision rendue le 18 janvier 2024, la troisième chambre civile retient que les travaux d’enrochement ne faisaient pas partie des activités déclarées par le constructeur auprès de son assureur responsabilité civile décennale.

 


Articles similaires

Derniers articles

PROCEDURE – Sur la péremption d’instance

CONSTRUCTION – Sur l’étendue de la réparation des dommages causés par les constructeurs et sur l’appréciation des clauses limitatives de responsabilité

TROUBLES ANORMAUX DU VOISINAGE – Sur les conséquences liées à l’antériorité des causes du trouble anormal de voisinage

CONSTRUCTION – Du point de départ du délai de recours entre constructeurs

CONSTRUCTION – Nouvel exemple d’appréciation de la réception tacite

ASSURANCE CONSTRUCTION – Sur l’appréciation de l’activité déclarée par l’assuré

CONSTRUCTION – Sur la responsabilité du vendeur d’EPERS

CONSTRUCTION – Sur la présomption de responsabilité de l’article 1792 du code civil

CONSTRUCTION – De l’appréciation du caractère apparent du désordre

ASSURANCES – Sur l’étendue du recours de l’assureur en cas de sinistre incendie et sur l’interprétation de l’article L 121-12 du code des assurances

CONSTRUCTION – Appréciation de la cause étrangère en matière de responsabilité civile décennale

DROIT DES ASSURANCES – Sur la sanction du non-respect des dispositions de l’article R 112-1 du code des assurances