Cabinet MURY Avocats
Paris 8ème

ASSURANCE CONSTRUCTION – Sur l’importance de la rédaction d'une déclaration de sinistre

02 Jan 2022 Avocat

 

Cass.civ.3, 8 décembre 2021, 20-18.540

 

 

Aux termes des dispositions de l’article L. 242-1, alinéa 5, du code des assurances, l’assureur dommages ouvrage doit notifier à l’assuré sa position de garantie dans le délai de 60 jours à compter de la déclaration de sinistre sous peine de voir sa garantie mobilisée de façon automatique.

Bien évidemment, cette garantie automatique ne peut s’appliquer que si le sinistre a été déclaré. Incidemment, la décision commentée pose la question de la clarté et de la précision du sinistre qui a été déclaré auprès de l'assureur dommages ouvrage. 

 

Dans cette affaire, une SCI propriétaire d’un local commercial dans un immeuble soumis au statut de la copropriété avait confié la maîtrise d’œuvre des travaux de reprise des désordres consécutifs à un incendie à un constructeur et les travaux de menuiseries à un autre locateur d'ouvrage.

Le syndicat des copropriétaires avait souscrit pour ces travaux une assurance dommages-ouvrage. Après la réception, la SCI fit état de défauts de conformité consistant notamment en un défaut de stabilité d’une poutre réutilisée à l’occasion des travaux de reconstruction.

Le syndicat des copropriétaires déclara le sinistre à l’assureur dommages-ouvrage, lequel refusa sa garantie.

 

Par un arrêt du 4 juin 2020, la Cour d’Appel de Rennes qui était saisie en ouverture de rapport, condamna l’assureur dommages-ouvrage in solidum avec le maître d’œuvre au motif notamment que les garanties auraient été automatiquement acquises, faute pour l’assureur dommages-ouvrage d’avoir notifié sa position de garantie dans le délai de soixante jours à compter de la déclaration de sinistre.

 

Aux termes de son pourvoi, l’assureur dommages ouvrage arguait du caractère restrictif de la déclaration de sinistre laquelle ne portait exclusivement que sur la stabilité de la poutre. Celle-ci ne portait pas en effet sur les désordres relatifs à des réseaux de sorte que les sanctions de l’article L. 242-1, alinéas 3 et 5, du code des assurances n’étaient pas applicables à ces désordres non déclarés.

 

La Cour de cassation précise que l’assureur qui ne notifie pas à son assuré dans le délai maximal de 60 jours à compter de la réception de la déclaration de sinistre sa décision quant au principe de la mise en jeu des garanties prévues au contrat, ne peut plus contester le principe de sa garantie et doit indemniser l’assuré des dépenses nécessaires à la réparation des dommages résultant du sinistre déclaré.

Encore faut-il que le dommage ait bien été déclaré à l’assureur. Dans le cas contraire, on ne saurait lui reprocher de ne pas avoir pris position comme le rappelle la Haute autorité au travers de cette décision. D'où la nécessité de rédiger avec soin la déclaration de sinistre qui permettra de solliciter la mobilisation d'une garantie.

L’assureur doit en revanche prendre position même si le désordre lui a été déclaré à plusieurs reprises (cass.civ. 3, 30 septembre 2021, n° 20-18.883, FS-B+R).

 

 

 


Articles similaires

Derniers articles

CONSTRUCTION – Les lois spéciales dérogent aux lois générales (nouvelle illustration)

CONSTRUCTION – Répartition de la dette entre coobligés

COPROPRIETE – Loi 3DS et mise en conformité des règlements de copropriété : désormais, le syndic est seulement tenu d'interroger les copropriétaires...

CONSTRUCTION – Limites à l’application des clauses de conciliation préalable

ASSURANCE CONSTRUCTION – Sur la validité des clauses d’exclusion de garantie, exigences d'une jurisprudence restrictive

CONSTRUCTION – Réception tacite, des aléas liés à l'appréciation souveraine des juges du fond

IMMOBILIER – Extension de l’obligation d’un préalable amiable en matière de troubles anormaux du voisinage

ASSURANCE CONSTRUCTION - Qualification de la clause se référant aux circonstances particulières de la réalisation du risque

ASSURANCE CONSTRUCTION – Qui doit prouver que la police d’assurance décennale couvre les dommages immatériels, le tiers victime ou l'assureur ?

CONSTRUCTION – La garantie décennale ne s’applique qu’aux désordres cachés à la réception

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.